Quels sont les effets de l’altitude sur le corps humain

Retrouvez Paul Robach, Docteur en sciences et guide de haute-montagne, responsable de la recherche biomédicale à l’Ecole Nationale de Ski et d’Alpinisme située à Chamonix et Samuel Vergès, Directeur de Recherche INSERM/UGA en physiologie, ancien biathlète de haut-niveau dans l’émission « La Science en question » sur France Culture, animée par Etienne Klein. 

Présentation

« Les alpinistes sont gens étranges. Inconfortablement perchés le long d’une paroi, ils considèrent que le vide – qu’ils surnomment « le gaz » – n’est que le petit volume d’espace qu’ils surplombent, alors qu’un vide bien plus vaste et bien moins dense s’étend tranquillement au-dessus d’eux, de la pointe de leur casque jusqu’aux plus hautes couches de l’atmosphère. Leur « vide », celui qui s’étend sous eux, n’est en somme que ce dans quoi ils pourraient, par malheur, chuter. Or ce vide-là ne manque pas d’air, il en regorge même, y compris lorsqu’il est transparent et abyssal. Il est en réalité moins vide que celui qui est au-dessus des grimpeurs, puisque la pression de l’air, liée au nombre de molécules localement présentes, décroît avec l’altitude : elle est trois fois plus faible au sommet de l’Everest qu’au niveau de la mer, et elle finit par s’annuler au-delà des couches supérieures de l’atmosphère. »

Retour haut de page